Le système de magie

le système de magieQue serait la Fantasy sans magie ? Pas grand chose, je pense. C’est même l’un des éléments de base.

 Pourtant, parfois elle n’est que sous-jacente. J’en veux pour preuve Game of Thrones de George R.R Martin où l’on sait la magie existante sans pour autant qu’elle prenne une place de premier choix, tout du moins au début. A l’inverse, Harry Potter lui fait la part belle.

 Dans ma saga d’Yzé et le premier tome « Yzé et le palimpseste », c’est de ce deuxième exemple dont je me rapproche le plus.

 Mais alors doit-on réinventer la roue ? Se lancer dans un système de magie complet et complexe, voire inédit ?

 Par exemple l’écrivain Brandon Sanderson est bien connu pour inventer des systèmes de magie originaux. Il donne aussi une explication sur ce que, selon lui, est la magie dans les livres de Fantasy.

Il la partage en deux : la magie douce et la magie dure.

 La magie est douce serait celle où le pouvoir n’est pas réellement expliqué. On ne sait pas ce que le magicien est capable de faire avec (ses limites). Il prend pour exemple Tolkien dont on ne mesure pas bien les pouvoirs de Gandalf par exemple. Serait-il capable de voler ? Auquel cas il n’avait qu’à transporter Frodon à  la montagne du Destin pour qu’il balance l’anneau dans la fournaise. Fin de l’histoire. Vingt pages !!

 La magie dure c’est un peu comme la hard science fiction. Sans pour autant rentrer dans le plus infime détail, elle donne des explications. On connaît les pouvoirs des forces en présence. Nous savons ce que le sorcier est capable de réaliser comme prouesse. Parfois même nous sommes éclairés quant à l’origine du pouvoir etc.

 Dans Yzé et le palimpseste, (je vais vous faire une réponse de Normand), ce n’est ni l’un ni l’autre et un peu des deux à la fois 😉 .

 La magie est utilisée par deux groupes, qui, pour des raisons révélées dans le roman, se pratique de manière différente.

 Les Wicce se servent d’une forme de magie des éléments. Ils tirent leurs pouvoirs d’eux-mêmes et de leur faculté à se connecter à la Source. Cela reste donc simple dans son explication et pourtant il y a tout ce que le lecteur doit savoir. Les capacités de chacun s’expliquent avec leur talent à ressentir le pouvoir.

 Il en va de même pour les Magis à ceci près qu’ils traitent avec les démons. Mais là encore, le choix entre un démon majeur ou mineur n’est que le résultat de la « force » du praticien.

 Et vous, écrivains de Fantasy, comment décrivez-vous votre magie ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *